Esther Sebbag | Les enfants
14997
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14997,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Les enfants

LE NEUROFEEDBACK DYNAMIQUE POUR QUI ?

Il s’adresse à  tous  et convient à  tous les âges tout au long de la vie.

POUR LES ENFANTS

Pas si facile d’être parents ! Nos enfants nous fascinent autant qu’ils nous déroutent. Réactions parfois excessives, comportements violents, troubles du langage… Comment faire face à leurs petits et gros problèmes psychologiques. Certaines étapes de la vie sont difficiles à surmonter, d’autant plus lorsque l’on est enfant et que l’on ne comprend pas tout ce qui se passe autour de soi. Le NeuroFeedback peut aider vos enfants dans le cadre de : Troubles des apprentissages (dyslexies, dyspraxies…) Troubles de l’attention, de la concentration, impulsivité Agressivité, hyperactivité Troubles du comportement Epilepsie Troubles du sommeil, bruxisme, énurésie, cauchemars, terreurs nocturnes Troubles alimentaires.

Par ailleurs, tous les enfants qui ont besoin d’être accompagnés dans leur développement peuvent bénéficier du Neurofeedback. Pour la majorité des parents, les prises en charge de leurs enfants en situation de handicap sont insuffisantes pour lui permettre réellement de progresser.

Le Neurofeedback permettra à l’enfant, quel que soient ses difficultés motrices ou cognitives : d’améliorer ses compétences de le rendre plus autonome d’améliorer sa qualité de vie. Cette méthode est respectueuse du rythme de l’enfant et de la famille. Dans le cas particulier de l’autisme, vous trouverez ci-dessous certaines études (elles sont nombreuses dans ce champ d’action) qui valident le N.F comme prise en charge à titre accessoire de cette pathologie. Dans une étude intitulée « The effects of alpha/téta NeuroFeedback on personnality and mood », 12 participants avec un score élevé de retrait social évalué au PSQ, ont vu leur personnalité extrême normalisée, et vu émerger un sentiment de bien-être, après des séances de rééducation en NeuroFeedback. Neuf séances ont suffit à améliorer l’humeur, avec plus d’énergie, plus d’agréabilité, plus d’estime de soi et de confiance en soi (Raymond et al.2005).

Dans l’étude intitulée « Effects of Biofeedback EEG with Asperger’s syndrome », les auteurs ont posé l’hypothèse de l’amélioration de la perception et la diminution de l’anxiété par le NeuroFeedback. Chez 10 adolescents diagnostiqués Asperger, 8 séances de NeuroFeedback ont amené une amélioration nette du comportement évalué par les parents et les professeurs (Scolnick 2005).

Dans l’étude intitulée « Efficacy of NeuroFeedback in the Autistic Spectrum » réalisée en 2001, on a constaté chez 16 sujets autistes entrainés au BF une amélioration de 80% dans la réduction du degré d’autisme avec une amélioration de 30% du langage, 34% de la socialisation, 29% du sommeil et de l’anxiété et 16% d éveil cognitif (Jarusiewicz 2004).